Cork et ses environs


Posté le 29 mai, dans Non classé. Pas de commentaires

La suite des aventures où on en apprend plus sur Cork et ses environs mais aussi sur les chateaux irlandais et leurs mystères bien gardés.

Dimanche 29 mai, 9:20 je commence la journée par un petit déjeuner copieux: œufs brouillés au saumon fumé accompagnés de pain d’épices/complet irlandais et de drôles de muffins qui tiennent au corps. Ils sont très bons et j’en garde un pour plus tard. C’est aussi ça l’aventure. Savoir prendre la nourriture où elle se trouve!

Samantha, la réceptionniste a parlé de mon projet de périple au “chef” qui souhaiterait se joindre à moi ;)

Le programme du jour: visite du château de Blarney édifice dans un pur style médiéval. La légende voudrait que les forêts qui l’entourent soient habitées par des druides et sorcières ! Autres curiosité: le château contient une pierre cédée par l’écosse qui aurait le pouvoir de rendre éloquent qui l’embrasse (…)

11:00 je me suis plié à la tradition et ai moi aussi embrassé cette pierre! (en avais-je besoin?!) Il faut le mériter car on doit se contorsionner au dessus du vide et viser un endroit sans trop de maladie! Heureusement, ils la nettoient régulièrement et des barres métalliques nous évitent une chute mortelle.

Le château est vraiment pittoresque, quasiment en ruine et mystérieux à souhait: exactement ce que je cherchais!

14:44 je suis à la gare routière où j’attends le bus pour Killarney, prochaine étape de mon voyage. Ce matin, j’ai pu vérifier de moi même ce que Samantha, la réceptionniste britannique de mon Hôtel,  m’avait appris: l’irlandais est incompréhensible! Il parle une langue agglutinante dans laquelle tous les mots s’enchainent et se mélangent à une vitesse pas croyable! Je ne comprends quasiment rien de ce qu’ils me racontent. Le plus bel exemple est ce vieux monsieur en partie édenté et au visage marqué par les ans avec qui j’ai discuté en rentrant du château. Il était bien sympathique. Il m’a fourni des infos pour ne rien rater des curiosités qui parsèment ma route, mais… Certaines informations ne sont pas passées! (je vais donc éviter de suivre ses conseils!)

Toujours pas une goutte de pluie…

18:23 j’ai rejoins mon auberge de Killarney. Les routes empruntées par mon bus m’ont mis l’eau à la bouche: des collines habitées par des bovins paisibles, des tourbières fournies (ou des touffes d’herbes hautes et appétissantes pour une vache… Je ne sais pas) et des petits lacs/rivières secrets (avec parfois un reste de vieux pont!)

Patience, bientôt j’arrive!

Dans la salle commune, j’ai rencontré une routarde australienne (à l’accent absolument charmant). Elle est sur la route depuis 3 mois. Après avoir fait l’Asie du sud est, la voilà en Irlande (point commun? L’humidité??). Elle parcourt l’île depuis 3 semaines à rebours par rapport à mon itinéraire. Je lui ai appris à régler un sac à dos… avec plus de gestes que de mots…

19:40 après avoir fait les courses dans la supérette du coin, je rentre à l’auberge pour me concocter un bon petit diner typique: une orgie de pâtes. J’aurais pu suivre les conseils de mon vieil irlandais et tenter le traditionnel “cabbage with bacon”, mais je sais pas pourquoi ça ne me donnait pas trop envie! Qu’est-ce que c’est bon les pâtes quand on en a pas mangé depuis si longtemps (je pense changer de discours sous peu)

L’orgie de pâtes est le repas partagé par tous dans ce genre d’endroits (exception faite d’une blondinette qui a voulu faire sa maline en mangeant des crudités… Et du concombre toxique ;) je ne lui ai pas parlé, ses jours étaient comptés). Pour revenir aux pâtes, il y a plusieurs écoles: ceux qui les préfèrent nature, privilégiant la simplicité d’un aliment aux qualités prouvées (mon cas), ceux qui font mijoter/revenir des petits légumes pour se préparer des pures sauces aux qualités gustatives et nutritives avérées et les autres qui, tels des casimirs des temps modernes, rassemblent et mélangent tous les ingrédients qui leur passent sous la main. Étrange?! Quand on voit la couleur et la texture de ces plats, on ne peut que dire oui!

20:10 Diner avec trois français: un couple de potes venus passer des vacances roots en Irlande et une nana en solo qui est venu faire du woofing (non ça ne veut pas dire parler comme un chien! C’est un mode de vacances où tu bosses dans des fermes contre un petit salaire, le gite et le couvert) et perfectionner son anglais. Ils parlent de leurs histoires respectives. Il y a pas mal de stop et peu de nuit a l’extérieur. A ce stade de mon voyage, j’ai si peu à partager.


D'autres articles de la série





Billets récents

Quoi de neuf sur le blog? Retrouvez les derniers articles publiés

Retour d’Islande, impressions à chaud

Apres presque un mois de vadrouille, me voila de retour à Reykjavik, la petite grande capitale de l’Islande. Me retrouver ici me ramène assez...

Gérer sa première rencontre avec un ours
Dans la vie d'un homme il y a des situations cruciales où il vaut mieux éviter de merder: un premier rendez-vous, un entretien important…...
Marche avec les ours
Quand on aime les grands espaces, il est fréquent d'évoluer chez nos amis les bêtes: les loups, les ours ou autre carcajous… Quand je...