Le jour du départ


Posté le 28 mai, dans Non classé. Pas de commentaires

En route pour le sud-ouest de l’Irlande, pour aller découvrir ce que celte et isolement veulent dire. Retour sur un départ chaotique!

Samedi 28 mai, 15:39 – Ca commence bien! Un vol de câble en argent sur la ligne B du RER a failli me faire rater mon départ! Heureusement, mon oncle a pu me déposer, j’avais de la marge… Et surtout je m’étais trompé d’horaires! (départ 16h15 au lieu de 16h)

Je suis à l’aéroport. Je viens d’abandonner un sac de 19.1 kg qui partira en soute. Il reste sur moi un sac de 2,2kg pour la photo et à peu près autant sur le dos avec la polaire, ma veste Patagonia et les baskets.

Je commence à être tout excité à l’idée de commencer mon périple mais j’aurai du mal à le retranscrire car mon carnet et mon crayon sont restés  en soute! Qu’à cela ne tienne, il me reste mon iPhone : pour donner un peu de contexte, je suis branché à un mur d’où je saisis ces quelques notes …

J’arrête là car c’est l’heure du goûter et je vais me manger quelques Prince (volé à ma maman) en attendant mon embarquement (parce que oui, l’avion n’est pas encore la).

15:47 – pas eu le temps de manger mes gâteaux. L’avion est arrivé. Mon vol est rempli de pitchou! Ça sent les colos. S’ils sont irlandais, je vais être aux anges: j’adore ces petits lutins à la voix nasillarde. C’est cliché, mais tellement vrai.

16:08 – Du bonheur. Entendre tous ces lutins discuter dans leur langue étrange me donne un énorme sourire. Ça y est, j’y suis. L’aventure a commencé
17:00 – atterrissage à Cork en avance et un peu dur! La première chose qui me frappe a la sortie de l’avion, ce n’est pas un gros black (…) mais la bonne odeur du mouton. Le temps de récupérer mes bagages et je rejoins le bus. Belle arnaque: durant toute la route, je n’ai pas croisé le moindre roukmout! On m’aurait menti?! La pluie n’est pas non plus de la partie et c’est tant mieux. Les rayons de soleil à travers les nuages épars qui viennent caresser la nature “verdoyante” dressent un tableau des plus agréables.

21:25 – toujours pas une goutte de pluie. Je reviens d’une ballade dans le centre de Cork et c’est vraiment très vivant. Il y a de l’animation partout. Des pubs accueillants attirent les badauds avec leurs devantures rutilantes. L’irlandais est ouvert. Il discute facilement, le cœur ouvert (ici la formule de politesse est “hello, how are you?”). Ce soir c’est le foot qui est sur toute les lèvres (finale de la champions league oblige!).

Il y a aussi toutes ces personnes bien habillées qui sortent comme un samedi ordinaire.

Il y a du avoir un but, Ca hurle tout autour de moi. Je vais rentrer le vent commence à être assez frais. Je commence à regretter de ne pas avoir pris de bonnet (merci à mon petit frère qui m’en a dissuadé)…


D'autres articles de la série





Billets récents

Quoi de neuf sur le blog? Retrouvez les derniers articles publiés

Retour d’Islande, impressions à chaud

Apres presque un mois de vadrouille, me voila de retour à Reykjavik, la petite grande capitale de l’Islande. Me retrouver ici me ramène assez...

Gérer sa première rencontre avec un ours
Dans la vie d'un homme il y a des situations cruciales où il vaut mieux éviter de merder: un premier rendez-vous, un entretien important…...
Marche avec les ours
Quand on aime les grands espaces, il est fréquent d'évoluer chez nos amis les bêtes: les loups, les ours ou autre carcajous… Quand je...