Etape 7: Castelgregory-Tralee


Posté le 9 juin, dans Non classé, Trek. Pas de commentaires

Voici le dernier volet de ma marche autour de cette sacrée péninsule de Dingle.

Bilan de ces 8 jours de vie “presque” sauvage:

un petit rhume, des engelures légères a pratiquement tous les doigts (l’écran tactile de l’IPhone ne reconnait plus la main gauche), le visage brulé par le soleil et fini par le vent… et pas une ampoule. Ça gère, non?!

Jeudi 9 juin, 7:53deuxième journée consécutive où je rate mon réveil. J’ai quand même réussi à rattraper mon retard et je suis quasiment près à décoller. L’objectif de le journée, parcourir les 30km qui me séparent de la gare routière de Tralee avant 16h pour prendre le bus qui m’emmènera faire du kayak avec Fungie le dauphin!

C’est jouable, mais ça veut dire pas de vraie pause-déjeuner.

Pour m’y préparer, j’avale un vrai petit-déj de héros avec au moins 200g de muesli et dans les 60g de prote en poudre. Ça devrait me donner des ailes, mieux que redbull.

8:47 – jusque là, j’ai bien tracé sur la plage mais je suis bloqué par un bras de mer et je n’ai vraiment pas envie de mouiller les baskets pour le traverser.

09:50 – arrivée à Camp, je suis dans les temps.

10:00je repasse par mon bivouac de la première fois. Séquence nostalgie, je songe à cette première nuit au milieu du purin.

10:13je glisse pendant un passage à gué. Ma jambe droite tombe à l’eau. Moi qui ne voulais pas me mouiller les pieds: ma chaussure droite en est pleine.

11:10 – rencontre avec un couple de français de 60 et quelques années. Ils s’apprêtent à parcourir la Dingle way, sac sur le dos. Ils reviennent de 250km de marche dans le Connemara pendant lesquels ils ont essentiellement dormi dans des tourbières. Quelle énergie!

11:27un groupe de vaches perdues dans un tout petit sentier me fait perdre 30 minutes et m’oblige à faire un détour.

12:20 – encore une fois obligé de faire un détour parce que des vaches ont décidé que je ne passerai pas. Ça peut sembler placide une vache… mais dés qu’on a vu comment elles peuvent être méchantes et soudées (le jour du taureau) et qu’elles sont capables de se déplacer avec vitesse quand elles le veulent vraiment… On se méfie.

13:53 – rencontre avec un groupe de 3 allemands qui semblent un peu à l’arrache: lunettes d’écailles, grosses moufles alors que le temps ne s’y prête pas, short en velours… et surtout un qui porte un slim! (aussi inesthétique qu’inefficace). Je leur donne quelques conseils avant de les laisser poursuivre.

15:00 – arrivée a Blennerville. Je tiens mon objectif.

Faire à l’envers cette première étape me rappelle tout le chemin accompli.

15:40 – j’appelle l’agence de kayak: personne n’a réservé pour demain donc pas de sortie :(

Je ne retournerai pas à Dingle mais ça ne m’empêche pas de respecter mon contrat

16:21 – je sors du “super valu” avec du chocolat aux éclats de je ne sais pas quoi. Je m’en lèche les babines.

17:53 – je suis au Castle Hostel comme lors de mon précédent passage par Tralee. Je viens de discuter avec un anglais de Liverpool (Sean it’s you !) qui s’apprête à faire la même chose que moi. Il me confirme que les 3 gars que j’ai croisé étaient vraiment paumés! Ils étaient parti pour y aller sans réchaud, ni gaz et avaient dans l’idée de suivre un chemin ahurissant!!!

Bon c’est l’heure de la douche!

Même moi je sens mon odeur après ces deux jours de pluie et de boue.

19:30 – je redescends propre mais barbu pour diner. Le gérant, le très sympathique Stephen Healy, me pose quelques questions sur mon parcours. Il me raconte l’histoire d’un de ses clients réguliers un australien de plus de 70 ans qui repasse chez lui, tous les ans, lors de son tour d’Irlande à vélo. Pendant trois mois, ce type fait le tour de l’île, 20km à la fois. Il s’arrête là où le cœur lui dit. Et où il s’arrête il est accueilli comme le père Noel (dixit Stephen): un vieux monsieur éloquent qui a des histoires sur tout. Tous les ans, il dit au revoir à sa famille car il ne sait pas s’il rentrera.

21:55 – je rentre du “Osbourne pub” (pub à la déco métal décalée) où j’ai passé un petit moment avec mon collègue de Liverpool. J’ai enfin compris la monarchie anglaise et le lien entre Charles et Elisabeth.


D'autres articles de la série





Billets récents

Quoi de neuf sur le blog? Retrouvez les derniers articles publiés

Retour d’Islande, impressions à chaud

Apres presque un mois de vadrouille, me voila de retour à Reykjavik, la petite grande capitale de l’Islande. Me retrouver ici me ramène assez...

Gérer sa première rencontre avec un ours
Dans la vie d'un homme il y a des situations cruciales où il vaut mieux éviter de merder: un premier rendez-vous, un entretien important…...
Marche avec les ours
Quand on aime les grands espaces, il est fréquent d'évoluer chez nos amis les bêtes: les loups, les ours ou autre carcajous… Quand je...